Dès que je l’ai vue, j’ai su.
Etait-ce sa forme allongée surmontée d’un chapeau qui lui donnait un air de sein nourricier ? Etait-ce le parfum qui s’exhalait comme malgré lui de la cagette, s’excusant presque d’exister au milieu de tous les fruits voisins ? Je ne sais pas, mais dès que je l’ai vue, j’ai su que je la choisirai elle parmi toutes ses rivales.

Elle s’appelle Tarocco. On dit d’elle qu’elle est demi-sanguine. Quand on la tranche, des éclats de rubis parsème l’orange de sa chair. Elle vient de Sicile et dégouline de soleil et de vent. Il lui fallait un partenaire à la hauteur, suffisamment affirmé pour être son égal, suffisamment humble pour ne couvrir aucune parcelle de sa richesse aromatique.

Et c’est encore dans mon jardin que j’ai trouvé l’inspiration.
Nous étions en avril. De ci, de là, les plantes relevaient la tête, se remettant des dernières gelées qui avaient mis à mal leur renaissance. De toute la vigueur de ses fleurs bourgeonnantes, mon géranium odorant proclamait sa victoire sur la morsure de l’hiver. Dans sa contrée d’origine, il ne fait jamais aussi froid… Alors, ce n’est pas peu fier qu’il m’a accueillie et qu’il s’est porté volontaire pour un mariage de saveur avec Tarocco.

Dans ma cuisine, j’ai beau avoir de l’intuition pour ce genre de mariage, je reste émerveillée parfois par la magie qui s’en dégage. Chaque cuillère de cette marmelade Orange – Géranium me ravit. Tellement que, malgré moi, j’en ferme les yeux et oublie le monde qui m’entoure…

Pour la goûter à votre tour, cliquez sur l’image :

Leave a Reply